La Faim

Publié le par L'Association-ONG

La Faim

Aujourd’hui, 868 millions de personnes dans le monde sont sous-alimentées : une personne sur huit n’a pas suffisamment de nourriture pour mener une vie saine et active. La faim et la malnutrition sont, au niveau mondial, le risque numéro un à la santé humaine – leur impact dépasse celui du SIDA, du paludisme et la tuberculose réunis.

Parmi les causes de la faim, on compte les catastrophes naturelles, les conflits, la pauvreté, les infrastructures agricoles insuffisantes et la surexploitation des ressources naturelles. Plus récemment, les crises financière et économique ont poussé encore plus de personnes dans le gouffre de la faim. 

Au-delà de la faim évidente, celle que l’on ressent physiquement, il existe une faim cachée de déficiences micro-nutritionnelles qui rendent les personnes plus vulnérables aux maladies, qui déstabilisent le développement physique et mental, réduisent la productivité de main d’œuvre et augmentent les risques de mort prématurée.

La faim ne pèse pas seulement sur l’individu. Elle impose une entrave économique au monde en développement. Les économistes estiment que chaque enfant dont le développement physique et mental est retardé par la malnutrition, perdra entre 5 et 10 pourcent de revenus au cours de sa vie. 

Parmi les Objectifs du Millénaire pour le Développement que les Nations Unies se sont posés pour le 21ème siècle, le premier est de réduire de moitié le nombre de personnes qui souffrent de la faim. Alors que de nombreux progrès ont été enregistrés dans les années 80 et la première moitié des années 90, depuis une décennie la faim avance de nouveau.

CONFIRMATION PAM

Publié dans Tous contre la faim

Commenter cet article

Lucie 29/11/2012 00:13


très belle action que vous faites

Marc Dubois 24/03/2017 12:13

On est tous préoccupés par ce fléau qui touche surtout l'Afrique. Marc Dubois, conseiller humanitaire indépendant, a écrit plusieurs articles sur les problèmes de ce continent et sur des solutions potentielles : "Nous savons que l’argent n’achète pas l’amour et qu’il ne fait pas non plus le bonheur. Mais il peut acheter l’allégeance d’une organisation non gouvernementale (ONG) et une aide humanitaire répondant aux intérêts stratégiques d’un bailleur de fonds plutôt qu’aux besoins des populations sur le terrain. Il peut aussi vous placer dans la ligne de mire de l’ennemi de votre donateur."