“Une course contre la montre pour atteindre ceux qui ont faim au Sud Soudan”

Publié le par L'Association-ONG

Le PAM renforce son assistance pour venir en aide à environ 2,7 millions de sud soudanais.

La faim s’aggrave au Sud Soudan où les mauvaises récoltes, la flambée des prix alimentaires et les conflits poussent des millions de personnes au bord du gouffre. Face à cette situation, le PAM prévoit d’y nourrir plus de 2,7 millions de personnes cette année. Selon Chris Nikoi, Directeur du PAM au Sud Soudan, en raison de la saison des pluies, les mauvaises infrastructures et les taux élevés de malnutrition, l’opération d’urgence en cours est semblable à une course contre la montre.
Combien de personnes au Sud Soudan sont menacées par la faim cette année ?
4,7 millions de sud soudanais lutteront pour subvenir à leurs besoins alimentaires en 2012, soit la moitié de la population du pays. Environ 1 million de personnes sont déjà en situation d’insécurité alimentaire sévère et ont besoin d’une assistance alimentaire pour répondre à leurs besoins alimentaires.
Au niveau opérationnel, quels sont les plus importants défis à relever lorsqu’il s’agit d’acheminer l’aide alimentaire vers les personnes qui en ont besoin ?
Le Sud Soudan est un des pays les moins développés du monde. Une fois les pluies arrivées, 60% du pays deviendra inaccessible faute de routes. Nous sommes toujours engagés dans une course contre la montre pour acheminer des vivres aux bons endroits avant l’arrivée des pluies.
En plus, la fermeture des frontières entre le Soudan et le Sud Soudan a fait que nous devons trouver de nouveaux moyens pour acheminer la nourriture vers le pays. Afin d’éviter des engorgements sur la route maritime depuis le Kenya, nous avons désormais mis en place un nouveau couloir pour livrer de la nourriture de Djibouti. Nous apportons également des vivres dans d’autres pays comme la Tanzanie.
Quels sont les principaux facteurs qui ont contribué à la crise alimentaire actuelle au Sud Soudan ?
Au premier rang, ce sont les mauvaises récoltes à cause des pluies tardives en octobre et novembre. Deuxièmement, c’est le conflit : 350 000 personnes ont abandonné leur maison cette année. Le conflit mène au déplacement qui à son tour, affecte les cultures. De plus, il y a la fermeture des frontières entre le Soudan et le Sud Soudan qui a aggravé la situation. En même temps, des centaines de milliers de sud soudanais sont en train de rentrer depuis le Soudan (ce qui augmente le nombre de personnes qui ont besoin d’une aide alimentaire).
Quelles sont les principales raisons pour lesquelles les personnes ont fui leur maison cette année ?
Tout d’abord, c’est la violence entre les communautés voisines. Un conflit majeur à la fin de l’année 2011 a affecté plus de 140 000 personnes. De plus, les violences au Sud Kordofan et au Nil Bleu ont provoqué un flux de 100 000 réfugiés soudanais au Sud Soudan.
Nous savons que le PAM se mobilise actuellement pour fournir une aide alimentaire d’urgence au Sud Soudan. Que fait-il pour développer la sécurité alimentaire dans le pays à long terme ?
Les chocs climatiques frapperont toujours mais il est essentiel de renforcer la résilience. Nous travaillons avec les communautés pour les aider à mieux produire, à améliorer les infrastructures de dépôt et leur accès aux marchés. D’ailleurs, nous les soutenons à construire un réseau de routes qui permettra aux agriculteurs de se rendre aux marchés avec leurs récoltes plus facilement. Un autre volet important de notre action consiste à fournir aux enfants une bonne nutrition afin de s’assurer de leur développement physique et cérébral. Les enfants constituent l’avenir du Sud Soudan. 
Quelle est la clef de voûte pour assurer la sécurité alimentaire au Sud Soudan à long terme ?
Seul 4% des terres arables au Sud Soudan sont actuellement cultivées. Il existe un grand potentiel pour l’agriculture mais pour l’atteindre, les communautés ont besoin de la paix et de la stabilité afin de pouvoir se concentrer sur leurs modes de subsistance. Fournir l’assistance alimentaire est une façon importante de soutenir ce type de stabilité.

Publié dans Tous contre la faim

Commenter cet article